Au début du XXIe siècle, les dirigeants des GAFAM et autres NATU portaient les rêves d’une humanité enfin débarrassée de la maladie et de la mort. Ils ont réussi. Dans des îlots artificiels en orbite basse, ils jouissent désormais, à chaque instant, des illusions infantiles du bonheur.

Le reste de l’humanité survit tant bien que mal sur une Terre rouillée, épuisée, victime de désastres écologiques à répétition. Son histoire n’est pas la même. Le bonheur lui est définitivement inaccessible.

Dans ce monde fait de béatitude pour les uns et de combats pour les autres, où les IA s’activent en sourdine, certains cherchent à descendre pour retrouver leurs racines quand d’autres veulent monter pour acquérir une part d’éternité.

À travers une star de cinéma oubliée, des dirigeants obnubilés par leur statut social, ou encore un créateur d’un art inconnu, Richard Canal nous plonge au coeur d’un récit croisé où l’intolérable beauté du désastre côtoie la quête d’une humanité perdue.

Né en 1953, docteur en informatique, Richard Canal a débuté sa carrière d’écrivain en 1986. Son oeuvre, saluée pour son style, sa critique et ses récits à la fois visionnaires et ironiques des futurs possibles, a été couronnée par de nombreux prix littéraires : Solaris, Grand Prix de l’Imaginaire ou encore Rosny aîné. Avec Upside Down, il signe son grand retour à une science-fiction ambitieuse et universelle, formidable révélatrice des préoccupations majeures de notre temps.