Marquée au fer rouge de l’expérience personnelle de l’auteur durant la guerre du Vietnam, La Guerre éternelle nous plonge dans l’absurdité d’un conflit galactique mené à hauteur d’un soldat, William Mandella, perdu dans les labyrinthes de l’espace et du temps et qui deviendra un étranger à son propre monde…

Avec La Liberté éternelle, suite directe de La Guerre éternelle, l’auteur explore le devenir d’une société humaine dont les genres ont été bouleversés et pose la question de la quête de la liberté peut-être impossible du soldat.

Dans La Paix éternelle, Joe Haldeman anticipe de manière remarquable une partie de ce qui fait le futur des conflits et pose les grandes questions engendrées par ces mutations : soldats-drones, nano-technologies, batailles pilotées à distance, place de l’éthique, rôle de la science, tout en continuant à dénoncer les ravages de la guerre.

Deux nouvelles dont une inédite complètent ce cycle majeur de la science-fiction cou­ronné des plus grands prix littéraires du genre.

En trois romans et deux nouvelles, Joe Haldeman a créé une oeuvre totale, à la fois récits de guerre, brûlots antimilitaristes, expériences vertigineuses de la relativité spatio-temporelle, visions saisissantes de sociétés humaines confrontées à leurs transformations utopiques, démontrant une nouvelle fois l’extraordinaire pouvoir révélateur de la science-fiction.

 

Né en 1943 aux États-Unis, diplômé en astronomie, en mathématiques et en informatique, Joe Haldeman revient gravement blessé de la guerre du Vietnam. Il tire de cette expérience traumatique un témoignage désabusé et lucide de la guerre. En 1974, paraît La Guerre éternelle qui transpose en partie son vécu dans un cadre science-fictif. Le roman connaît un succès mondial et remporte le Hugo, le Nebula et le Locus. L’auteur a mené à la fois une carrière d’enseignant universitaire et de romancier reconnu.

Cette intégrale regroupe les romans et les nouvelles suivants :

La guerre éternelle (Prix Hugo – Nebula – Locus)

La liberté éternelle

La Paix éternelle (prix Hugo)

• « Une guerre à part »

• « Liés à jamais » (Inédit)

Traduit de l’américain par Patrick Imbert • François Vidonne • Michel Pagel • Olivier Bérenval