Le cycle culte de M. John Harrison enfin publié en intégrale.
Préface de Neil Gaiman
 
Cette intégrale regroupe
La Cité pastel
Le Signe des Locustes
Les dieux incertains
 

Viriconium, la Cité pastel, dernière survivante d’une civilisation mourante, n’est plus que ruines. La guerre larvée entre le Nord et le Sud a éclaté, livrant tout au feu et au sang. Et pourtant, les pacifiques tribus du sud sont prêtes à tout reconstruire une nouvelle fois. Mais les barbares nordiques, conduits par la Reine Noire, n’ont qu’une idée en tête : piller, tuer et détruire l’antique Cité pastel… 

Pour tegeus-Cromis, à la fois savant et soldat, le combat va s’étendre bien au-delà du terrible destin qui s’abat sur sa ville. Il va devoir affronter un ennemi plus implacable que le pire des mortels, un adversaire inhumain dont la seule existence signifie la mort de tout espoir pour la Cité pastel…
 
M. John Harrison est né en 1945 en Angleterre. Il fait ses débuts à la fin des années soixante dans le célèbre magazine New Worldset et devient rapidement l’un des écrivains anglais les plus importants de sa génération. Son œuvre la plus célèbre est le cycle de Viriconium, un récit de Fantasy baroque dans la lignée de son illustre compatriote Michaël Moorcock.
ILS ONT DIT DE LUI :

« Un maître zen de l’écriture. »  Iain Banks

« Que M. John Harrison ne soit pas un lauréat du prix Nobel prouve la faillite de l’establishment littéraire. Modeste, indéfectible et désespérément entrainant, il est l’un de nos grands écrivains vivants. Et oui, il écrit de la SF, de la fantasy mais avec un style, une dimension et si brillamment qu’il éclipse non seulement la production dans les genres, mais presque toute de la fiction contemporaine. » -China Miéville

« Dans la meilleure tradition des écrits les plus ambitieux, Viriconium est à la fois universel et particulier. C’est la cité ultime, la véritable essence de ce que nous comprenons comme l’accumulation de bâtiments, de voies, de monuments, d’institutions, d’habitants, d’existences et de destins à accomplir. » -Iain Banks

« Viriconium est un kaléidoscope scintillant de toutes les cités. » -Observer

« Magnifiquement écrit et mystérieusement obsédant. » -Time Out

« La fantasy de M. John Harrison est fondée sur son sens du réel… Elle est semblable à la vie elle-même. Elle est composée avec cette sorte de style qui, comme lorsque vous faites résonner un verre en cristal d’une pichenette, ne sonne jamais faux. »  -Guardian

« [Harrison] écrit d’une main rigoureuse et souple à la fois. Son style est toujours élégant, mais jamais vain… Infailliblement, il dévoile le dessous des choses. » -Times Literary Supplement

« Un écrivain subtil et réellement imaginatif. » -Literary Review

« Une imagination agréablement acide… extraordinaire, vivant et entrainant. » -Sunday Times

« Le cycle Viriconium de M. John Harrison est brillant, magnifique et une lecture absolument indispensable. La puissance de sa vision et de son imaginaire seuls est inégalée. C’est une oeuvre véritablement unique et qui vous obsédera dans le bon sens du mot pendant des années. » -Jonathan Carroll