Libertin, bretteur, Casanova imaginaire, écrivain, menteur, tel est Jaël de Kherdan… Jeunes filles en fleur ou dames aux moeurs légères, les femmes l’aiment et l’entraînent tour à tour dans leurs jardins secrets. Éva la lunaire, Léora la solaire, la magicienne Kirsten, Mademoiselle Belle, Sara la bravache… Toutes ont succombé à son verbe et à son charme. Mais quand la fête tourne au cauchemar, quand l’amour mène aux larmes et le sexe à la souffrance, Jaël s’enfuit toujours, pour recommencer ailleurs, autre part, une nouvelle histoire. De songe en songe, le rêve et la réalité se confondent dans cette fantasie légère et élégante où jeux de miroir et de plume s’entremêlent pour un plaisir de tous les sens.

Considéré comme « l’une des voix les plus originales de la fantasy française » (Elegy), Laurent Kloetzer déploie une fantasy romantique et libertine, aux croisées de l’intrigue policière et de la Renaissance. Il a aussi emprunté les chemins de la fantasy épique (le Royaume Blessé, chez Denoël), de la science fiction (Réminiscences 2012) ou encore du fantastique capitaliste (Cleer).

Son premier roman chez Mnémos, Mémoire Vagabonde, a été récompensé par le prix Julia Verlanger (1998). La Voie du cygne est paru en 1999. Située dans une Renaissance imaginaire, cette énigme haletante d’une efficacité redoutable flirte avec les romans d’Umberto Eco et Arturo Perez Reverte.