ET SI LE XIXe SIÈCLE AVAIT ENGENDRÉ DES SUPER-HÉROS, QUELS MONSTRES AURAIENT-ILS FAITS ?

Au crépuscule de ma vie, je croyais être en mesure d’expliquer la plupart des comportements humains les plus violents, et d’apporter des éléments de réponse concrets pour les circonscrire.

Comme je me trompais.

Je me rappelle lorsque tout a commencé, en 1820, à Londres, après cet étrange attentat de nature… surnaturelle, pour ne pas dire magique ; comment la Couronne m’a chargé d’enquêter sur cette affaire littéralement extraordinaire.

Depuis, j’ai affronté mille dangers et parcouru les routes d’Europe, et surtout, surtout, j’ai rencontré les êtres les plus fabuleux et les plus tragiques qui soient, bien plus fascinants que tous les individus que j’ai pu croiser au cours de mes nombreuses recherches. Ces jeunes gens tenaient un univers dans le creux de leurs mains.

Il est des zones d’ombre de la conscience humaine dans lesquelles nous risquons tous de nous perdre un jour.

Certains y sont nés.

Extrait de la dernière lettre de Jeremy Bentham, homme de sciences et d’idées, inventeur de la prison idéale, le Panopticon.

 

Empruntant tout autant à la créature de Frankenstein, aux récits des enfants- loups, aux théories utopistes chères aux esprits du siècle de la Révolution industrielle comme aux feuilletons populaires, Nicolas Bouchard tisse avec une grande maîtrise une enquête vertigineuse qui mènera le lecteur loin de ses certitudes, au-delà des frontières de la science et du fantastique.

Né en 1962, Nicolas Bouchard, avec plus de vingt romans à son actif, est un écrivain reconnu des littératures de l’imaginaire et du genre historique. Il signe avec ce septième roman publié chez Mnémos un texte à la fois ambitieux et magique, point d’orgue de son œuvre.

 

 

LES CRITIQUES :

« Tour à tour, fantastique, biographie, récit historique, Panopticon est une véritable claque. On se demande où nous mène le récit (malgré sa profusion de rebondissement) jusqu’au point final. L’auteur nous tient en haleine tout au long des chapitres, tel un feuilletoniste du XXIème siècle. Fascinant ! » Temps de livre

 

« D’une ouverture versant dans l’horreur là plus pur à un final plutôt glaçant,  » Panopticon » est un excellent thriller fantastique où les plus inhumains ne sont pas forcément les monstres, mais plutôt leurs créateurs. C’est également une fable utilisant les théories de son héros pour mieux les retourner contre lui. C’est également un roman captivant et divertissant, se posant des questions sur la nature de l’homme et de la morale. » Psychovision

 

« Dans Panopticon, science et fantastique ne cessent de dialoguer tissant un mystère indicible sur les possibilités de l’être humain. Les pouvoirs surnaturels des super-héros et super-vilains du 19ème siècle sont extraordinairement inventifs, et décrits avec raffinement et luxe de détail. Ici, aucune capacité magique n’est arbitraire chaque chose surnaturelle tire son origine dans une mythologie que je pourrais presque qualifier de psychologique. Alors laissez-vous emporter au-delà de la raison et de l’irrationnel dans une épopée qui cherche à définir ce qu’est réellement l’être humain, entre ombres et lumières. » Fantastinet