Le rythme est très soutenue dans les deux parties et Fabien Clavel se débrouille très bien pour nous amener là où on ne s’attend pas à se retrouver.