L’école de la vie n’a point de vacances. Même quand on y meurt.

Pour Dolorine Carmine, la rentrée des classes est une bonne occasion de se faire de nouveaux ennemis. Cependant, la fillette n’a pas trop l’habitude de parler avec les vivants. Les fantômes, en revanche…

Dans le pensionnat bizarre où elle a atterri, les spectres manquent pourtant à l’appel. Ont-ils été chassés par les horreurs des environs ? À moins qu’ils ne travaillent au laboratoire de Miss Elizabeth, la nouvelle institutrice ?

Personne ne semble avoir la réponse.

Monsieur Nyx veut tout brûler.

Mais Dolorine reste optimiste : en fouinant partout, elle finira bien par les retrouver !

Un peu de curiosité n’a jamais tué personne… si ?

Ariel Holzl apprécie les pages blanches, les villes grises et les idées noires.Les Soeurs Carmines sont nées d’une volonté de croiser les genres, de créer des rencontres inattendues entre ses sources d’inspiration comme Neil Gaiman, Tim Burton, la Comtesse de Ségur ou Roald Dahl. Après Le Complot des corbeaux et Belle de gris, voici la dernière aventure des Carmines.

 

 

LES CHRONIQUES

« Un dernier opus très attendu, Dolorine semblant être de loin la Carmine préférée des lecteurs de la série (mais il faut dire qu’Ariel Holzl a manoeuvré sa barque idéalement pour que ce soit le cas). On en apprend donc ici davantage sur le personnage, les raisons de sa capacité à deviser avec les fantômes, et la vérité sur sa peluche, le mystérieux M. Nyx. Toujours aussi jouissif en tout cas ! » Vampirisme.com

 » Dolorine à l’école constitue un excellent troisième tome à la série des Sœurs Carmines. Ariel Holzl y met en scène une narratrice attachante en la personne de Dolorine Carmine, tout en abordant des thèmes complexes et matures avec un humour parfois ravageur. »  Les chroniques du chroniqueur

 » Ce que je trouve très original dans la plume d’Ariel Holzl c’est que chaque tome n’est pas seulement raconté d’un point de vue d’une des trois soeurs, Merry, Tristabelle et Dolorine, mais qu’il est construit d’une façon qui leur est propre à chacune. Chaque tome a du style, du punch, de l’humour (noir certes, mais c’est terriblement bien) et est adapté en fonction de la soeur que l’on suit. Ca sort de l’ordinaire et j’attendais avec impatience ce dernier tome sur Dolorine qui va vivre de nouvelles aventures à l’école. » The note book 14