Jonas, jeune archéobiologiste, est engagé par l’armée pour enquêter sur la destruction mystérieuse d’un Rickshaw, une navette de transport reliant les divers points de l’amas globulaire d’Akasa-Puspa. L’Empire, deuxième force importante, a déjà une équipe sur place. Alors que la tension monte entre militaires, chacun soupçonnant l’autre d’être à l’origine de l’attaque, Jonas et les autres scientifiques découvrent une étrange sphère, 1247 millions de fois supérieure à n’importe quelle planète…

Mêlant à la fois aventure, réflex ion sur notre devenir et sur la manipulation des hommes à l’échelle planétaire, Les Enfants de l’éternité sont d’une étonnante richesse et d’une grande diversité dans la lignée des grands récits d’Asimov ou d’Herbert.

Javier Redal symbolise à lui seul l’histoire de la SF espagnole et Juan Miguel Aguilera est le chef de file de la jeune SF ibérique : son premier roman traduit en France, La Folie de Dieu, a soulevé l’enthousiasme de la presse et obtenu, en 2002, le prix Imaginales.

LES CRITIQUES

« Bon nombre de space opera m’accablent, lorsqu’ils se bornent à mettre en scène intrigues de palais et batailles spatiales. Rien de tel dans cette étourdissante odyssée de l’espace qui — comme les deux romans « historiques » d’Aguilera — nous émerveille et nous surprend à chaque nouveau chapitre. » -Noosphère

« Toutes les explications scientifiques de leur apparition, évolution et de leur mode de vie m’ont vraiment impressionnée de par l’imagination et de par la cohérence des propos. D’ailleurs, la suite des découvertes des scientifiques reste du même acabit tout le long du roman. Vous l’aurez compris, je vous conseille fortement la lecture de ce roman, un bon moyen aussi pour découvrir la science-fiction espagnole. » -Laure Ricote pour ActuSF