Un homme, Alan Querdillon, un soir de 1949, entame un récit extravagant et atroce. Il raconte comment, au début de la seconde guerre mondiale, il a réussi à s’évader d’un camp de prisonniers pour se retrouver… en l’an 102 du reich de Mille Ans prophétisé par Adolf Hitler, où les nazis ont triomphé et dominent le monde. Traqué par le sinistre Grand Veneur du reich, tel un gibier humain, il est obligé de fuir dans les immenses forêts d’une Europe méconnaissable…

Publié en 1952, ce roman devint rapidement un best-seller. Il est considéré comme l’une des oeuvres fondatrices de l’uchronie. Dix ans avant Le Maître du Haut Château de Philip K. Dick, Sarban nous plonge dans un univers alternatif où les nazis ont gagné la seconde guerre mondiale et règnent en terribles seigneurs féodaux sur une Europe totalement soumise. Entre La Chasse du comte Zaroff, une mise en perspective terrifiante de ce qu’aurait pu être la victoire des nazis et un récit haletant, Le Son du cor déploie tout le potentiel de l’uchronie : une capacité à nous faire réfléchir sur l’histoire, une vision d’un monde à la fois étrange et proche, et une construction romanesque palpitante.

Dans sa préface, Xavier Mauméjean remet en perspective l’importance de ce roman dans le mouvement littéraire de l’uchronie.