Je suis le guerrier le plus doué de tout l’empire Pryaméen.

« Je me nomme Étréham et j’aurai bientôt dix-neuf ans. J’ai appris seul à tuer, combattre, abattre. Une sève funèbre coule en moi, mon talent pour la guerre, mon Art comme je l’appelle. Personne ne répand mieux le sang.

J’ai délaissé tant de rêves au profit de macabres conquêtes. Alors la divine Asa m’a choisi pour affronter le dernier dieu que porte cette terre. Elle m’a fait don d’une force ancienne et ténébreuse, elle m’a rendu plus puissant encore.

Peu m’importent ses motivations, les plans des dieux maudits ne m’interessent pas. Je marche vers mon plus grand combat. Je vais braver les ténèbres sous Pryamée et défier cette créature de cauchemar. Je briserai ses armées enragées et lui arracherai son dernier souffle. Je n’y réchapperai pas, mais c’est un beau jour pour mourir.»

Yann de Saint-Rat s’inscrit immédiatement parmi ces jeunes auteurs qui mixent avec liberté et passion les références pop, geek comme classiques et ceci pour notre plus grand bonheur.
S’inspirant de l’esthétique des mangas comme de l’intensité jubilatoire d’un Quentin Tarentino, cette histoire d’un affrontement sans merci entre un homme et sa némésis vous entraînera beaucoup plus loin qu’il y paraît.
Un véritable tour de force !

 

LES CRITIQUES

« On est en pleine fantasy héroïque, où les combats sont par définition titanesques, magnifiés par une écriture très cinématographique. Bref, une fantasy qui s’assume dans sa grandiloquence. » nooSFere

 

« Le Sang que l’on verse est un roman de fantasy plutôt musclé. Ici la guerre et les combats ont la meilleure place. Éthéram est l’archétype du guerrier total qui n’a pas de rival dans son monde et va devoir affronter les divinités. Cela pourrait être ennuyeux dit comme cela mais c’est plutôt bien fait et assez agréable à lire. Yann de Saint-Rat a le mérite d’avoir écrit un roman nerveux qui ne perd pas de temps à décrire par le menu tous les détails de son univers, ce qui ne l’empêcher pas d’esquisser une cosmologie intéressante. Il y a un bon dosage de l’information qui évite le pesant ou l’incompréhensible. Efficace… D’autant que l’ensemble est porté par un certain souffle et qu’on y prend plaisir. » ActuSF

 

« Yann de Saint-Rat nous invite à un voyage aux multiples références culturelles : manga, cinéma, littérature, on sent bien que cet auteur nous propose un melting-pot d’inspirations qu’il parvient à parfaitement maîtriser et amalgamer. La violence de l’ensemble, la facilité avec laquelle les choses se font est impressionnante et rendent le récit aussi crédible que possible. » Mythologica

 

« ce roman est avant tout un roman d’Héroic-fantasy où l’action ne s’arrête jamais, où les combats se succèdent sans temps mort, un roman où l’on laisse parler les lames plutôt que les protagonistes. C’est de la fantasy guerrière qui nous est donc offerte ici et de la bonne ! En un seul roman, Yann de Saint-Rat construit un univers complet et y installe une histoire forte, au final démentiel et époustouflant. » Psychovision