Cette intégrale regroupe Le Rêve et l’assassin, L’Araignée, Le Souffle de cristal, Le Masque d’écailles.

Trente-neuf, c’est le nombre de cartes du Jeu de la Trame que Keido, fils du seigneur du Roseau, doit réunir afin de ressusciter sa sœur, morte de l’avoir trop aimé.
 Et il ne laissera rien n’y personne le distraire de son but. Des guerres sauvages du pays des Mille Nuages aux combats contre les pirates sans merci du fleuve Salé en passant par la bataille contre le terrible Ordre des Ananke, Keido ira même jusqu’à franchir la Muraille de Pierre pour se livrer aux brûlures inconnues des Terres de Cendre et affronter les légendaires créatures de feu. Mais que trouvera-t-il au bout du chemin ?

Le Jeu de la Trame fait partie des trésors cachés de la fantasy française. Publiée en quatre tomes dans les années 1980 au Fleuve Noir, cette série est considérée comme l’une des plus marquantes de la mythique collection. Tranchante et érotique comme un baiser sur la lame d’un sabre, elle nous plonge au coeur d’une fantasy orientale surprenante, entre rêve et folie. Les deux auteurs nous en livrent une nouvelle version intégralement revue et augmentée.

Sylviane Corgiat, née en 1955, est romancière et scénariste confirmée de bande dessinée. Elle a écrit aussi des polars, des romans de science-fiction, pour la jeunesse et pour la télévision. Elle a été la première femme-auteur à signer sous son nom au Fleuve noir. 

Bruno Lecigne, né en 1957, est un critique et théoricien de bande dessinée français, il est également écrivain de science-fiction et directeur éditorial pour Les Humanoïdes Associés.

Textes intégralement revus et augmentés par les auteurs.

Préface de Bruno Lecigne.

Annexes et carte inédites. 

 

LES CHRONIQUES :

 » Le style des deux auteurs et l’érotisme qui se dégage de bon nombre de moments sont intimement liés. Nous ne sommes pas dans un roman pornographique bien que l’action soit pourtant décrite avec précision mais dans un roman d’imaginaire et du coup ils parviennent à y ajouter une douceur et une poésie assez rare. Oui même dans les moments les plus crus ou les plus violents une certaine poésie, liée à l’ambiance de l’ensemble des romans, se dégage du tout. Et c’est justement cette ambiance qui change tout.

Si vous aimez les univers asiatiques et la fantasy je n’ai qu’une chose à dire : foncez et ne vous retournez pas car vous ne le regretterez assurément pas !  » Emaginarock

 » On a affaire à de la Dark Fantasy la plus sombre, ici, pas de personnage sympathique, au contraire, le personnage principal est lâche, fourbe, opportuniste et cruel, il poursuit un but immonde pour satisfaire son érotomanie incestueuse et ne recule devant rien pour arriver à ses fins.
Mais c’est passionnant, le style des deux auteurs est remarquable, d’une grande poésie avec un très fort pouvoir d’évocation visuelle et une culture du Japon assez impressionnante au point qu’ils se sont permis de composer une centaine de Haikus de toute beauté et que l’amateur éclairé y trouvera bon nombre d’allusions à Kurozawa, Hokusaï ou Akinari, l’auteur des contes de la lune et de la pluie. Et puis la construction même du cycle jusqu’à sa révélation finale fait penser à bien des histoires traditionnelles japonaises.
Cerise sur le pompon, cette édition intégrale se voit augmentée d’une préface de Lecigne et surtout de contes, poèmes et nouvelles complétant le tableau de cet univers déjà très riche. » Le coin des lecteurs