« Et la nuit – t’en souviens-tu, Princesse ? – un cauchemar vint te voir. Un vieux cauchemar familier. »

 

Ils sont deux, une Dame de Carreau et un Valet de Pique. Deux mages, qui ont connu le bagne et la déportation pour avoir pratiqué leur art dans une Russie qui rappelle celle du XIXe siècle, et qui l’interdit. Libérés pour bonne conduite, ils sont assignés à résidence dans un village perdu. Mais lorsque les circonstances les obligent à fuir en compagnie de deux improbables apprentis, ils découvrent que les parties dangereuses qui peuvent les conduire à la mort se jouent sur deux tables bien différentes. Il y a d’abord cet officier du corps « Barbares », chargé de traquer les leurs et qui semble avoir ses propres raisons pour croiser régulièrement leur chemin. Et il y a les Mages eux-mêmes, dont la loi peut s’avérer aussi rigide et aussi mortelle à ceux qui cherchent à sortir de l’ornière…

 

Roman Fantastique, La Loi des Mages est un bijou d’hommage aux littératures russes, de Gogol à Boulgakov. Il emprunte à ses aînés la richesse narrative, le style qui sait se faire dentelle ou franc comme un paysan, mais aussi le fond politique toujours sous-tendu à qui garde l’œil ouvert.

 

Traduit du russe par Viktoriya et Patrice Lajoye

 

Les critiques:

« Si l’on part de ce constat et que l’on accepte de se plonger dans un monde étranger, on y trouve de grandes sources de dépaysement et de découvertes. La suite peut réserver de grandes et bonnes surprises car l’aventure ne fait que commencer. » scifi-universe

 

« La loi des mages se lit d’une traite dans un état second. Il est donc à déconseiller à toute personne qui ne saurait pas se mettre dans ce genre d’état. Mais quel plaisir pour les happy few. » Planète SF


« …le roman d’Henry Lion Oldie propose une fantasy très à part, évitant les canons du genre pour mieux nous perdre dans ses paysages glacials. Et même si la fin est assez confuse, La loi des Mages n’en demeure pas moins une histoire originale et intimiste avec sa plume qui essaye d’être le plus proche possible des personnages, rendant cette histoire de mage incroyablement humaine. » Psychovision