« Tant de choses dites, tant de personnages rencontrés, tant d’aventures vécues jusqu’à ce final qui vous prend aux tripes, qui vous fait mal… Ca tient du prodige ! » Psychovision

Prix Imaginales 2010 du roman francophone
Grand Prix de l’Imaginaire – Étonnants Voyageurs 2010 du roman francophone
Prix Oriande 2010 du roman de féérie

On l’appelle Chien du Heaume parce qu’elle n’a plus ni nom ni passé, juste une hache ornée de serpents à qui elle a confié sa vie. La quête de ses origines la mène sur les terres brumeuses du chevalier Sanglier, qui règne sans partage sur le castel de Broe. Elle y rencontre Regehir, le forgeron à la gueule barrée d’une croix, Iynge, le jeune guerrier à la voix douce, mais aussi des ennemis à la langue fourbe ou à l’épée traîtresse. Comme la Salamandre, cauchemar des hommes de guerre…
On l’appelle Chien du Heaume parce qu’à chaque bataille, c’est elle qu’on siffle.

Dans l’univers âpre et sans merci du haut Moyen Âge, loin de l’image idéalisée que l’on se fait de ces temps cruels, une femme se bat pour retrouver ce qu’elle a de plus cher, son passé et son identité.