Née lors d’une faille temporelle l’empêchant définitivement de passer la barre des 30 ans, Maïa Mazaurette reste ghetto. A 11 ans, elle s’inscrit au club informatique de son collège. A 13 ans, elle maudit ses parents bobos qui la forcent à lire autre chose que les paroles de NTM. A 15 ans, elle hante les forums de jeux vidéo sur Minitel. L’obtention de son bac fera d’elle la risée du collège d’Epinay-sur-Orge (car quand elle passe son bac, ses amis redoublent encore leur 4e techno), et la privera définitivement d’un avenir en HLM.

Traîtresse à son milieu, contrainte à la fuite, Maïa Mazaurette se débarrasse de ses études avec un double cursus imparable : Ecole de Journalisme (ESJ-Lille) + Ecriture de Romans Non Publiés. En 2001, Maïa sort son premier roman. Il sera suivi par deux autres romans, mais aussi un essai, deux guides, une BD, sans oublier des dizaines de sites et de blogs. Comme le concept de cohérence l’ennuie, elle se balade entre autofiction, anticipation, sexologie, fantasy, politique et humour. Malgré ses centaines d’heures passées sur ses bouquins, c’est surtout Internet qui la fera connaître.

Dehors les Chiens, les Infidèles, c’est le roman que Maïa rêvait d’écrire quand elle s’est lancée dans l’écriture. Il lui aura fallu publier quatre autres ouvrages avant d’y parvenir.