Colin Marchika est né en Normandie en 1968 et mourra vers 2040, pas nécessairement en Normandie. Élève studieux à l’école, son petit gabarit (moins de 1m65) lui interdit cependant les carrières qui le faisaient rêver : sumotori, rugbyman, CRS… Dépité, il fait des études de mathématiques et d’informatique, et devient statisticien, une autre de ses ambitions de carrière où la taille importe peu. Peu satisfait, il retourne à l’université, étudie l’histoire, devient chômeur, puis… statisticien. C’est alors qu’il comprend qu’on n’échappe pas à son destin. Afin d’oublier ces déboires (et tout ce qui n’est pas raconté ici), il se mit à écrire, vers l’âge de 16 ans. Ce n’est cependant qu’après 30 ans, lorsqu’il s’abandonne aux joies du chômage prolongé, qu’il commence à publier. Poussé par une directrice éditoriale à l’ambition démesurée, il sera obligé de fournir plusieurs titres, toujours chez Mnémos, alors qu’il n’aspirait qu’au calme et à la tranquillité.